28 janvier 2013

Si je vous dis ...

L'arbre invite le désert à apprendre à être navré, vous me croyez ? 

Annick SB






                                                                        Muriel Laporte 

8 commentaires:

  1. Navré d'être nu ? Sans personne à nourrir ? j'avoue être decontenancee donc y croire me paraît difficile.

    Désolée pour les accents manquants, certains mots sont inconnus de mon téléphone.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les aphorismes sont fait pour décontenancer avec ou sans accent ! ;-) Bonne journée !

      Supprimer
  2. Bien sûr ,mais celui qui souffre le plus... est l'arbre !!! bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta remarque me donne envie de lire " Le journal intime de l'arbre " de Didier van Cauwelaert dont voici le résumé :
      "On m'appelle Tristan, j'ai trois cents ans et j'ai connu toute la gamme des émotions humaines. Je suis tombé au lever du jour.

      Une nouvelle vie commence pour moi - mais sous quelle forme ? Ma conscience et ma mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu'une jeune fille a sculptée dans mon bois ?

      Ballotté entre les secrets de mon passé et les rebondissements du présent, lié malgré moi au devenir des deux amants dont je fus la passion commune, j'essaie de comprendre pourquoi je survis. Ai-je une utilité, une mission, un moyen d'agir sur le destin de ceux qui m'ont aimé ?"

      Supprimer
  3. Que serions-nous si nous devions être navrés de nos différences ? Ne sont-elles pas richesse ?

    RépondreSupprimer
  4. Le désert en ses grains (de sable)ne sait que trop qu'il ne nourrira pas d'arbre...

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire