21 janvier 2013

Sylphide...



                                                                      Éliane Marque



Je crois que je saigne un peu.

Est-ce la solitude qui toque dans mes veines me rendant si souffrante ?

Je sens le sang qui soupire par secousse.
Artères siphonnées.
Souffle serti de cendres.

Os assemblés comme des bâtonnets de mikado sur le sol.

Ma vision a précédé l'offense.
Me voilà assiégée.
Cercueil.
Sifflets.
Soupirs.
Supplices.
Tout suinte dans mon esprit.

Est-ce le son des cordes de violoncelle qui se tendent vers ce que je ne vois plus, me pendent, me perdent, me transportent sans toi vers des soupirs d'espérance salée ?

Je sais ce que ne peut sentir l'insoumis, l'assiégé, l'assoiffé.
Je crois que je suis envahie.

Supplice, cesseras-tu ?

Je pense que tu es parti sans te presser
Rappel de sifflets.
Soupirs si doux, si suaves, insensés.

Supplice, cesseras-tu ?

Suintent dans mon esprit les sempiternels souvenirs qui astiquent mon cerveau et  le rendent lisse.
Je crois que je ne peux abréger mes souffrances.
Je suffoque dans l'encre rubescente.
Je supplie ...

Est-ce ça, vraiment ça  l'angoisse qui me terrasse sans apparence, me laissant saignante Sylphide imaginer la vie sans toi ?

Annick SB        Janvier 2013

Consigne " la maladie imaginaire " des Impromptus. 

9 commentaires:

  1. Bonsoir Annick,

    Voila une angoisse bien vivante aux formes imaginaires... Très réussi !
    Belle et douce nuit.
    Capucine

    RépondreSupprimer
  2. Tes écrits me donnent toujours froid dans le dos... Je sais être fragile du cou mais pas du dos !!!

    Bonne journée avec bises !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mal de dos est, parait-il, le mal du siècle !!! ;-)

      Supprimer
  3. Toujours cette douleur latente qui poursuit son chemin insidieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et peut-être qui s'extirpe peu à peu dans les écrits ...

      Supprimer
  4. L'écriture l'aidera peut-être à dépasser cette souffrance si profonde. Du moins faut-il l'espérer. Belle soirée Annick. Amitiés. Joëlle

    RépondreSupprimer
  5. un tableau de dissociation assez terrifiant - merci pour les liens vers la diversité des sylphides
    Emma

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire