30 janvier 2013

Un écho pourtant ...

J'ai lu une chanson sans écho...

Malgré tout j'ai eu envie de fredonner ...
En détournant le regard, comme tout le monde, tu oublies peut-être de saisir que la caravane est lasse, tu oublies sans doute le froid de la nuit qui tue les passants sur les trottoirs lorsque nos yeux lisses, hélàs, n'enjambent plus rien, tu oublies le vide , la faim, les petits détails qui tombent sur l'asphalte dans des flaques de larmes.

Pose ta main sur ton coeur !
Ressens !
Ecoute !
Il bat la chamade...
Un écho perdu ?
Saisis les fragments durcis de la vie.
Arc-boute les.
Ne te demandent-ils pas eux-aussi, à leur manière, d'être à l'écoute du Monde ? 

Dis-moi, envahi par le doute,  es-tu sincèrement désespéré lorsque, lentement, tu penses sous les arbres gris,  à tes amours mortes ?

Annick SB

4 commentaires:

  1. Bonjour Annick
    Pas de désespérance, juste la déception, de la rage produite par notre amour-propre essentiellement.
    Voir les amours mortes comme des portes d'entrée vers d'autres aventures plus belles, oui il faut le croire en tout cas.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as surement raison ; néanmoins j'ai vraiment ressenti la poésie " chanson sans écho " de J. Coulombe comme de la désespérance ; et il y a tant de choses à voir, faire et sentir que le chagrin amoureux !

      Supprimer
  2. Cela me fait penser à la chanson Les Feuilles Mortes.

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire