7 février 2013

Lentement mais sûrement ...



C'est une histoire banale, celle d'un banc, d'une revue, de titres et de pensées sauvages...

J'ai fait installer un banc dans un coin du jardin.
Le banc est un objet mobile mais personne ne le sait.

Chaque matin ensoleillé, je m'allonge dessus, avec une revue et j'essaie de trouver un intérêt non pas au monde qui m'entoure mais à celui que l'on me décrit.
Il faut dire que l'on n'est pas gâté avec la presse pour ce qui est de l'intérêt !
Le sommaire est particulièrement stupéfiant :

- mélange couillon
- mots jetés pèle mêle
- attrape cervelle ...

Heureusement que mes pensées m'offrent depuis toujours des horizons merveilleux et féeriques.

Le banc est en bois.
La revue en papier.
Le coeur en nuages.
Je tourne les pages.
Je joue à saute mouton avec les mots.

Je lis le sommaire :


- 1 - LES MYSTÈRES DE LA SEXUALITÉ FÉMININE

Féminité qu'un doux désir effleure, je sens les vibrations, la caresse de la brise ...

- 2 - BERLIN RECOLLE LES MORCEAUX DE LA STASI

Tout est calme, le banc dort, assoupie je me laisse aller aux souvenirs d'un mur tombé et chantant qui marquait le début d'un espoir collectif ...

- 3 - A QUOI SERT L'EAU QUE NOUS BUVONS ?

La sécheresse et l'absence d'eau potable me traverse la bouche qui devient sèche d'imagination ...

Cela me réveille.
Je toussote.

- 4 - QUE RÉVÈLENT LES AILES DES MOUCHES ?

Une mouche justement me chatouille la joue et je la chasse d'un coup de main rapide et impulsif !

La lecture des revues est une fois de plus assommante.
Je feuillette, je feuillette et ne saisis pas ce chamboule-tout accrocheur et menteur.

Je tourne les pages, fixe les images et lasse du verbiage affligeant qui passe sous mes yeux, je lance la revue au sol, fait un demi tour sur le banc et m'endors profondément en voyageant lentement  mais surement au pays des pensées sauvages.

Annick SB          Juin 2012

En lisant le très beau poème de Moun, je me suis souvenue que le banc m'avait aussi inspiré ... sur Mil et Une ... 

  Avez-vous cliqué sur les mots colorés dans le texte ? 


6 commentaires:

  1. Bonjour Annick,
    Tout d'abord merci pour cette citation qui me fait rougir
    Puis, j'ai suivi tes lectures affligeantes qui nous mettent de la poudre aux yeux, qui nous mentent, qui nous manipulent.
    Changer de côté et partir au royaume des songes mais un banc nu n'est pas très confortable pour y dormir... et cette réflexion me ramène à la réalité, celle des sans-abri qui trouvent les bancs bien plus confortables que le pavé... stop, j'arrête et je te suis dans les pensées sauvages... mais ne sont-elles pas aussi, elles-mêmes, manipulatrices nous faisant miroiter le beau, le doux, le vrai sans se soucier du réveil douloureux ?
    Brr, je m'embarque je m'embarque :)

    Belle journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Penser le doux, le beau pour supporter le vrai ... c'est peut-être ça que nous essayons de faire avec nos mots, non ? ;-)

      Supprimer
  2. Ah, si les bancs pouvaient parler...

    Joli billet agrémenté d'une bien belle image.

    RépondreSupprimer
  3. Le banc à forcément un caractère accueillant...sauf avec une peinture fraiche

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire