21 avril 2013

Le plat des pauvres...




                                           
                                                      Marie - Jeanne Bronzini


- Tu crois qu’ils vont comprendre ?
- Comprendre ou nous comprendre ?

Et ils poursuivirent les plantations toute la nuit.
Puis, au lever du jour, ils se cachèrent et observèrent en chuchotant.

-         Il fait gris, dit Gandhi.
-         C’est parfait, chuchota Bernadette.
-         Regarde celui là il s’agenouille pour attraper une graine !
-         Et un autre fait la même chose !
-         Oh, ça marche !
-         Oui regarde, les artichauts poussent !
-         Merveilleux !
-         Sensationnel !
-         Pourvu qu’ils grossissent également.
-         On le saura à la fin de la journée ; patientons.

Et ils restèrent là des heures durant à observer les artichauts qui poussaient.

-         Voilà, la nuit est tombée ; il nous faut maintenant arroser les pousses.
-         L’eau est prête ; je vais la poser goutte à goutte.
-         Demain dès l’aube les artichauts pourront être cueillis !
-         Et la vertu aphrodisiaque passera de main en main.
-         Et nous aurons gagné !
-         Et l’Amour triomphera…

Ils s’étaient d’abord retrouvés dans la foule. Ils ne voulaient surtout pas être reconnus et s’étaient habillé en gris, comme les autres. Aucun photographe ne devait s’emparer du projet avant l’éclosion des graines.
Ils avaient choisi un lieu de passage, une place, une grande place où circulent les gens. Chacun d’eux en effet pensait que la présence d’autrui les aiderait dans leur vœu.
Ils s’étaient donné la main et avaient parcouru les quais jonchés d’ordures, les ponts,  croisant passants et passantes habillés de tuniques en coton, absents et absentes,  personne de rien,  peureux de tout.
Ils avaient observé toute la journée et même une partie de la soirée les allers et venus anonymes, les regards lointains, les pas précipités, les évitements, les distances.
Tout cela leur semblait sombre, inquiétant.
Tant de monde et aucune alliance…
Ils avaient conscience que le changement serait délicat et que leur travail serait pénible.
Pendant la nuit, la longue nuit silencieuse et noire, ils ont semés des graines d’artichaut sur les pavés. Ils connaissaient les vertus aphrodisiaques de la plante et voulaient surprendre, surprendre les habitants de cette ville, leur faire connaître l’élan spirituel qui les animait, leur faire découvrir la promesse de l’union et de la grâce, les accompagner dans leur découverte amoureuse.
Tels des escargots, ils ont rampés toute la nuit, certains que le changement s’opérerait au lever du jour.
Ils avaient conscience qu’ils emprisonneraient les autres dans le guêpier de l’indifférence éternelle si le plan échouait.
Mais comme ils étaient habités d’un souffle divin, le miracle s’accomplit et tout se déroula à merveille.

C’est ainsi que naquit … l’infidélité éternelle …

Annick SB      Avril 2013

Exo livre de Vos écrits  ( dialogue entre deux personnages célèbres + liste de mots imposés)


14 commentaires:

  1. Sourire... moi je pense à Coluche et le seul aliment où il y en avait plus dans l'assiette après l'avoir mangé !!

    Bonne journée bises

    RépondreSupprimer
  2. Et dire que je n'ai jamais mangé d'artichaut ! C'est peut-être pour cela que...
    J'aime imaginer ces êtres étranges vaquant à leur semis. Comment dit-on ? "L'enfer est pavé de bonnes intentions ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là Mony, je suis sciée !!!!!! VRAIMENT !!!
      Ne jamais avoir mangé d'artichaut, ça me parait incroyable !

      Faut vite rattraper cette erreur là ....

      Supprimer
  3. Quand je pense que les enfants mangent des artichauts

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les enfants sont des graines d'adultes !!! ;-)

      Supprimer
  4. Bonjour
    J'ai trouvé le chemin de ton blog. Je te remercie de ton coucou.
    Je ne mange pas très souvent des artichauts. Je comprends mieux maintenant l'expression "coeur d'artichaut".
    Je reviendrais et vais mettre un lien
    Bonne journée
    Amicalement
    Marie-Pierre

    RépondreSupprimer
  5. Coluche bien sur mais qu'est ce que cette peinture est belle

    RépondreSupprimer
  6. Ah ça oui ! moi aussi je trouve cette aquarelle très belle !

    RépondreSupprimer
  7. Un des plats où il en reste plus après qu'avant... de Coluche je crois :)

    Artichaut, coeur d'artichaut, infidélité éternelle :) ah ? qui va maintenant cuisiner ce merveilleux légume ? :-)

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Annick
    Un petit coucou du 1 mai pour te souhaiter plein de bonheur
    Bonne journée
    Amicalement
    Marie-Pierre

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Annick
    Un petit passage pour te souhaiter une bonne journée
    Amicalement
    Bisous
    Marie-Pierre

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire