3 juillet 2013

L'arme ...


                                                                  Jurij Subic 


« Il y a longtemps que j’aurais du le faire » se lamentait grand-père en astiquant son arme de guerre.
Combien d’années à supporter, à gémir, à pleurer sans pourtant oser ?
Combien de temps sans sourire, sans arriver à parler, à en parler ?
Pourquoi  ne pas l’avoir décidé plus tôt ?
Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?
La vengeance est un plat qui ne se mange pas. Les larmes le salent. L’attente l’abat.
Malgré la matinée claire et prometteuse  grand-père s’enferma dans des remords, dans des doutes poisseux dont il ne parvint pas à se détacher.
Sentant la mort proche, la sienne, pas celle du genre humain, il se mit à douter de sa foi, de sa vie, de ses pensées et surtout de la valeur de ses actes passés.
Car il avait tué grand-père !
Et pas qu’une fois !
Il avait tué des hommes comme on tire des lapins, machinalement.
Pan !
Et il ne se remettait pas de cette mascarade qui consiste à faire croire que le patriotisme est sanglant ou n’est pas.
Obéissance ?
Sentence ?
Ce maudit fusil n’était-il que l’instrument de sa défense ?
« Oui, c’est sûr, il y a longtemps que j’aurais du le faire » se lamentait grand-père en astiquant pour la dernière fois son arme de guerre.

Annick SB

Thème de Mil et Une ... (semaine 26)




7 commentaires:

  1. Difficile à dire... Il n'avait pas le choix le grand-père : tuer ou se faire tuer... être patriote ou déserteur :) heureusement que beaucoup ont fait le choix du patriotisme (certes beaucoup beaucoup de morts) car nous ne serions peut-être pas un état libre en ce moment.

    En tout état de cause, la paix est encore le meilleur moyen de gagner une guerre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'on ne choisit pas ... Mais les remords sont là ...

      Supprimer
  2. Bonjour
    Aucun ne se remet de tels acte malheureusement en temps de guerre, ils sont inévitables.
    Deux anciens soldats dans mon entourage refusait ou refuse d'en parler même si longtemps après.
    Bonne journée
    Marie-Pierre

    RépondreSupprimer
  3. Dur de juger....Mais lorsque la vie nous y oblige , pour nos opinions, pour la liberté de l'Homme, je crois que c'est nécessaire...... Bonne journée Bises

    RépondreSupprimer
  4. Bravo : combien de fois le désir de mort pointe en chacun de nous ...... moi aujourd'hui mais passer à l'acte c' est une autre paire de manches !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle pas du désir de mort dans ce texte !!! Mais plutôt du regret de devoir tuer ...

      Supprimer

Ecrire un commentaire