30 mars 2016

En brodant ...


Henryk Waniek 




J'ai trouvé ce petit flacon en rangeant le grenier de ma grand-mère.

Elle m'en avait parlé autrefois.

Je croyais alors qu'elle plaisantait en l'évoquant, avec ses sourires rieurs et ses allusions bizarres.

Elle adorait tellement rire elle aussi !

Son rire était si doux ...

Zou !

Intriguée, j'ai ouvert le flacon, humé lentement ...

- odeur délicieuse -

Ça sentait les amandes fraîches ... un régal.

J'ai trempé mes lèvres et

... flouououououp ...

Le grand voyage a commencé.

Elles sont là, toutes les deux dans une pièce sombre.

Les teintes sont sépias.

... du bois, de la terre battue, des étoffes de lin et de coton, quelques porcelaines ...

Elles sont assises en train de broder des fleurs au point de bourdon sur du linge.

... la lumière de la chandelle éclaire leurs visages

Le feu crépite dans l'âtre

Sur la poutre, une tisanière de Moustiers ...

Elles paraissent tristes, fatiguées

Une veuve et une orpheline

Les petits garçons dorment déjà

Il fait nuit dehors

Sur la table, ne traînent que quelques écheveaux

Sur le bahut, il y a des pommes rouges dans une assiette ébréchée

Tout est calme

Elles ne se regardent pas

Elles ont trop à faire

Elles font leur ouvrage ...

J'entrouvre la porte.

Elles ne me voient pas.

Je regarde leur chevelure ;

Chignons et mèches retombantes.

Elles sont extraordinaires de simplicité.

... un silence religieux

Une concentration absolue

On dirait une œuvre d'art ...

Leurs mains sont si belles.

Les doigts accomplissent le même geste maintes et maintes fois,

Des petits picotements d’étoffe, très précis et peu colorés .

C'est délicieux.

Dire que ce sont mes ancêtres !

Qu'elles besognent dur.

Je les admire.

C'est très étrange.

Au début, je n'ose pas leur parler.

J'ai peur de les effaroucher avec ma voix grave.

Peu à peu je m'habitue à leurs manières, à leur silence, à leurs gestes et tout à coup je m'entends dire très doucement comme une confidence :


- C'est moi, Annick ...

Marie dit à Zoé :

" As - entendu, petiote ?

et Zoé lui répond :


" ô, aïe entendu, ma maïre."

... silence ...

Leur regard se sont croisés quelques secondes.

Elles se sont souri, elles m'ont senti venir, j'en suis sûre et ça me rassure d'être dans leur cœur.

Elles mettent le peu d'espérance de leur vie dans le désir de me savoir un jour mieux lotie qu’elles.

J'ai discerné une grande complicité dans leur solitude, dans le croisement de leurs yeux, dans leurs attentes ; toute la complicité des mères et de leurs filles, des femmes.

Je n'ai pas osé les déranger plus.

J'ai ravalé une petite gorgée de mon breuvage et j'ai refermé le flacon.

... pouououououf ...

Maintenant,  je suis à nouveau dans le grenier .

Immensément éprouvée par ce que je viens de percevoir, de sentir, de deviner.

Immensément chagrinée aussi que le passé ne soit que silence.

Immensément peinée également que ces Provençales ne soient plus ... que leurs voix se soient tues.



Annick SB      Mars 2006

3 commentaires:

  1. Bonjour Annick,
    Toujours éprouvant ces retours lointains et combien ce sentiment d'impuissance à les côtoyer est important.
    Quant au silence, les bavardages n'étaient pas, les échanges se faisaient à l'église, intérieurement, intimement.
    Et puis, dans certaines familles, on n'à rien à se dire...
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre passage attentif .

    RépondreSupprimer
  3. Un très joli et émouvant retour en arrière, une rencontre que l'on aimerait toutes connaître je pense, mais on ne peut que l'imaginer, hélas.
    Merci Annick pour ce joli récit. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Ecrire un commentaire