La révérence...


Brassaï : Clic !

De la trame à la toile serrée
Du trottoir à l’allée
De ma peau ridée qui ne brille plus au tissu momifié de ta peau abîmée
De l’asphalte aux graviers
De la dentelle au froufrou
De ton rire à la trace évanescente de ta présence imagée
Je rentre dans la danse
Rubans, volants, plis et petites piqûres soignées
La robe de bal est prête
Cintrée
Regarde-moi
Je vais la porter
C’est la fête
Elle me transportera, je le crois et te réjouira, je le sais.

Quand ma peau se parera d’élégance et de chansons
Quand mon cou exhibera fièrement le collier de perles transmis de génération en génération, de guerre en guerre, caché, solitaire, comme un diamant taillé à la hâte
Quand les perles de nacre serreront en cet instant les secondes brisées de ma respiration haletante sous mon chignon défait, comme un rêve âpre
Nous sentirons la transmission d’un romantisme vagabond, d’un élan farouche,  étranglé par la vie amère que seul un violon imaginaire calmera dans sa langueur insolente
Quand mes ballerines glisseront sur les dalles de marbre, comme le corps nu plonge dans l’océan avide de beau, je soulèverai mon jupon et en cachette, pour ne pas dévoiler mon secret d’amour je ferai une révérence que toi seul verras
Pour te faire sourire je pencherai la tête, te lancerai un baiser gagné au vent
Ma victoire sera la tienne dans notre silence amoureux qui traverse l’éternité
Pour te faire frémir, oh, mon amour,  je plisserai les yeux et mes mains agripperont ce tissu cousu, galonné et embelli pour l’occasion
Rien que pour nous vraiment ce signe d’amour envolé redeviendra doux
Je serrerai mes doigts sur les pans virevoltants dans le mistral de notre jeunesse claquée et ferai une révérence sur le marbre gravé

A la tombée de la nuit, délicatement, le gardien du cimetière viendra me prendre par la main pour m’entraîner de l’autre côté de la grille là où, parait-il, la liberté m’attend encore, je sais …

Annick SB    Décembre 2018

Thème d'écriture chez Miletune : Clic !